18e ÉDITION NOVEMBRE 2017Organisé par
Images en bibliothèques

Maman colonelle de Dieudo Hamadi (c) Cinédoc
Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Questions de société

Une sélection thématique de films récents soutenus par Images en bibliothèques : sélectionnés par sa commission de bibliothécaires.

Les documentaires sont prospectés par Images en bibliothèques, souvent à travers les festivals (Cinéma du réel, Festival Jean Rouch, FID Marseille, États généraux du documentaire de Lussas, etc.).

Les plus du Mois du doc

Adhérents et membres de soutien d’Images en bibliothèques : N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez obtenir des copies de visionnage des films.


Les films :

Au bout de leur peine

Au bout de leur peine

Mathilde Syre

2015 / 71’ / France / Z’azimut films

Christelle et Clémence sont conseillères pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP). Elles travaillent en prison. Dans leur bureau, elles écoutent les peurs, apaisent les colères, rappellent la loi… Elles accompagnent les détenus pendant leur incarcération et préparent leur sortie avec eux. En suivant leur quotidien, le film met en lumière une certaine réalité de la vie carcérale et pose la question de la réinsertion aujourd’hui en France.

BA Au bout de leur peine from Mathilde SYRE on Vimeo.

Boli Bana

Boli Bana

Simon Gilard

Belgique / 2017 / 60’ / Hélicotronc

Au plus profond de la brousse, serpente une longue caravane de zébus. Lancés dans une transhumance de plusieurs mois, quatre jeunes garçons : Ama, Ousséni, Hassan et Lela ont quitté leur famille, décidés à offrir de meilleures pâtures à leur troupeau . Guidés par ces enfants, nous vivons un voyage diurne dans les paysages du Burkina Faso, puis, lorsque tombe la nuit, nous partageons les peurs et les désirs de ces enfants Peulhs. Le film nous propose alors un second voyage, plus sédentaire, celui des jeunes filles restées au village. Sans pudeur, nous vivons les rites qui jalonnent leur jeunesse jusqu’à leur maturité. Auprès de cette famille Peulh, nous découvrons leurs gestes quotidiens, leurs caractères et leurs croyances, nous explorons au plus proche ce mode de vie unique, pastoral et nomade.

BOLI BANA - Teaser from Hélicotronc on Vimeo.

Changement de propriétaire

Changement de propriétaire

Aurélien Lévêque et Luba Vink

France / 2015 / 66’ / Cellulo prod

Changement de propriétaire suit de l’intérieur une aventure citoyenne défendant une idée aussi fiable qu’utopique : celle de la terre comme bien commun. Rassemblés par l’action concrète, les membres du mouvement "Terre de Liens" mettent en œuvre les moyens nécessaires à la mutation de notre rapport à la terre. Le film montre qu’à travers cet engagement, c’est l’organisation même de notre société qui est remise en question. Et si avec le capitalisme, on arrivait à collectiviser les terres ?

Changement de propriétaire - Bande annonce from Cellulo Prod on Vimeo.

Derniers jours à Shibati

Derniers jours à Shibati

Hendrick Dusollier

France / 2017 / 60’ / Studio Hdk

Shibati, le dernier vieux quartier de la plus grande ville de Chine Chongqing, est sur le point de disparaître. Zhou Hong, le petit prince des ruelles animées du quartier, et Mme Xue Lian, l`extraordinaire marraine des travailleurs migrants, vivent depuis toujours à Shibati. Ils doivent partir vers l’une des milliers de tours anonymes de la banlieue lointaine.

DERNIERS JOURS A SHIBATI - BANDE ANNONCE from StudioHdk - Hendrick Dusollier on Vimeo.

Des bobines et des hommes

Des bobines et des hommes

Charlotte Pouch

France / 2016 / 67’ / Rouge international

Été 2014. À Roanne, l’usine de textile Bel Maille devient le décor d’un film La fille du patron, comédie romantique & sociale. Les ouvriers – tricoteurs de l’usine – font du cinéma, jouent leur propre rôle sous les yeux du réalisateur Olivier Loustau. Jeux de miroirs simultanés ! Alors que le réalisateur met en scène l’histoire d’une usine en déclin, Bel Maille tombe en redressement judiciaire au même moment. La réalité ouvrière rattrape, dépasse, convoque la fiction et dialogue avec elle. J’accompagne cette histoire vraie de cinéma et d’usine jusqu’à sa fermeture définitive. Dans ce huis clos presque entièrement masculin, j’écris, avec les tricoteurs, une chronique ouvrière et cinématographique pas si banale…

DES BOBINES ET DES HOMMES_EXTRAIT from Rouge international on Vimeo.

Des rêves sans étoiles

Des rêves sans étoiles

Mehrdad Oskouei

Iran / 2016 / 76’ / Mehrdad Oskouei

Meurtre, toxicomanie, vols de voitures, fugue : ce sont quelques-uns des crimes commis par les jeunes filles du centre de détention pour mineures. Elles disent au cinéaste leur désir profond de revenir à une vie normale, leur soif de liberté, mais aussi la peur de ce qui les attend quand elles sortiront. "Il m’a fallu batailler sept ans pour obtenir l’autorisation de tournage. Mais je ne voulais pas que ces jeunes délinquantes nous restent invisibles et j’espère que mon film pourra contribuer à changer le point de vue du public sur elles." (Mehrdad Oskoue).

En bataille

En bataille

Eve Duchemin

Belgique, France / 2016 / 60’ / Sister productions

"Je pense que je ne mesurais pas ce que cela allait être en vrai. Une des choses sur lesquelles j’ai été un peu hésitante, c’était que ma fonction allait être liée à une figure d’autorité et j’avais plutôt l’impression d’avoir l’air douce et gentille."
À la tête depuis quatre ans du centre pénitentiaire pour hommes de Liancourt, en Picardie, Marie Laffont - directrice-adjointe lors du tournage - a dû se forger une carapace : "Il faut se montrer solide, dit-elle. Coûte que coûte." Dans ce microcosme qu’est la prison, les tensions sont avivées, les esprits s’échauffent vite. Face aux crises d’angoisse, aux bagarres ou aux infractions au règlement, elle doit faire preuve de bienveillance autant que de fermeté pour apporter des réponses adaptées. Égalementresponsable du personnel, Marie Laffont doit démontrer jour après jour ses qualités managériales pour désamorcer les conflits et prévenir les situations de souffrance au travail. À travers le quotidien de cette jeune directrice de prison, Ève Duchemin (L’Âge adulte) met en lumière une facette inédite du monde carcéral. Suivant son héroïne à l"intérieur de la prison et à son domicile, elle élargit le prisme à ses interrogations personnelles sur son rôle et sur la privation de liberté. Lucide sur la manière négative dont sa fonction est perçue par les détenus, les surveillants et plus globalement par la société, certains soirs, la directrice a le regard perdu...

Esprits des 3 sommets

Esprits des 3 sommets

Ksenia Pimenova

France / 2016 / 56’ / CNRS images
Dans un village lointain de la République de Touva en Sibérie méridionale (Russie), Véra, une chamane russe perpétue les traditions religieuses du pays au sein d’une association chamanique nommée "Les Trois Sommets". Elle tient l’organisation avec Baazan, veuve du grand maitre chamane Kyrgys Huurak dont Véra, fut une ancienne disciple et Anya qui gère les affaires de la vie courante. Outre les grands rituels en costume chamanique, nous pouvons suivre Véra, dans la dimension quotidienne de son exercice, en particulier dans ses consultations privées, dans lesquelles elle pratique divinations, purifications et divers rituels de cure, mais surtout écoute et conseille ses clients, sous l’œil attentif de Baazan, garante du respect des traditions des règles rituelles. Dans un contexte en pleine mutation, entre conflits de pouvoir et lutte face à d’autres courants religieux tel que le bouddhisme, les trois femmes tentent de maintenir à flot leur association.
Food coop

Food coop

Tom Boothe

France / 2016 / 104’ / Lardux films

En pleine crise économique, dans l’ombre de Wall Street à New York, une institution qui représente une autre tradition américaine, moins connue à l’étranger, est en pleine croissance. C’est la coopérative alimentaire de Park Slope, un supermarché autogéré où 16 000 membres travaillent 3 heures par mois pour avoir le droit d’y acheter les meilleurs produits alimentaires, pour la plupart biologiques, dans la ville de New York aux prix on ne peut moins chers. Inspirant autant de haine que d’enthousiasme, cette coopérative fondé en 1973 est sans doute l’expérience socialiste la plus aboutie aux États-Unis.

Food Coop - Film Annonce from LARDUX FILMS on Vimeo.

Hakir

Hakir

Moran Ifergan

Israël / 2017 / 67’ / Tape runners

Montant ses conversations téléphoniques sur des images du Mur des Lamentations, la cinéaste scrute les interactions du personnel, du religieux et du politique dans "le lieu public le plus intime que l’on puisse imaginer."


Bande-annonce // Hakir de Moran Ifergan... par Cinema_du_Reel

L’Arbre sans fruit

L’Arbre sans fruit

Aicha Maki

France / 2016 / 52’ / Les films du balibari

Mariée et sans enfant, Aïcha se trouve dans une situation "hors-norme" dans son pays. Mais au Niger comme partout dans le monde, il y a des problèmes d’infertilité. À partir de son histoire personnelle, adressant ses questionnements à sa maman disparue en couche, la réalisatrice explore avec délicatesse les souffrances cachées des femmes et brise les tabous. Le spectateur chemine ainsi aux côtés d’Aïcha au Niger, une femme parmi les mères.

L'arbre sans fruit - bande-annonce from Les films du balibari on Vimeo.

La Gueule du loup

La gueule du loup

Jérôme Segur

France / 2015 / 80’ / Zed

C’est l’histoire des hommes qui ont vu le loup et qui se querellent à son propos. Le retour du loup ne serait-il qu’un prétexte annonciateur de l’émergence d’un monde global plutôt qu’une renaissance de la vie sauvage ? Croqueur de brebis ou ultime icône d’un monde sauvage totalement menacé ?

La Plume du peintre

La plume du peintre

Marie Ka

France / 2017 / 84’ / The Kingdom

Tous les quinze jours, Antoine, cinq ans, passe le week-end chez son père. Le temps leur est compté, limité, condensé. Pour eux, deux jours à faire, refaire, apprendre, comprendre l’un de l’autre et l’un pour l’autre, c’est peu... Le père ouvre à son fils le territoire initiatique de la forêt où tuer n’est pas jouer. Mais au retour de la chasse, père et fils sont tout aussi désarmés : Antoine refuse d’apprendre à lire, et son père sait que cette forêt inconnue, celle de la vie, est encore plus dangereuse si l’on s’y perd.

LA PLUME DU PEINTRE / BANDE ANNONCE from The Kingdom on Vimeo.

Le Divan du monde

Le Divan du monde

Swen de Pauw

France / 2015 / 95’ / Neon productions

Dans le cabinet du psychiatre Georges Federman, consultent des patients français et étrangers, demandeurs d’asile ou clandestins. Originaires du quartier, du village voisin ou d’un autre continent, Diane, Karim, Gilbert et bien d’autres, viennent ici confier leur histoire. Pour certains, il s’agit de trouver un refuge, une oreille attentive, pour d’autres, c’est l’envie de vivre qu’il faut préserver.

LE DIVAN DU MONDE - Bande annonce from Shellac on Vimeo.

Le Moment et la manière

Le Moment et la manière

Anne Kunvari

France / 2012 / 59’ / Iskra

Depuis 14 ans, Anne luttait contre un cancer dont elle savait qu’elle ne guérirait plus. Avec la réalisatrice, une amie de longue date, elles décident de filmer ce que signifie la vie avec un cancer chronique. Mais très vite, la maladie rattrape Anne. Elle tente de préparer sa fin de vie, elle qui veut choisir « le moment et la manière » de mourir. Mais, face à une loi qui ne le permet pas, la réalisatrice filme une dépossession.


LE MOMENT ET LA MANIÈRE un film de Anne Kunvari... par TOUSCOPROD

Les Enfants de la prairie

Les Enfants de la prairie

Bertrand Leduc

France / 2016 / 52’ / Prima luce
La Prairie est un établissement scolaire particulier. Enfants et adultes tentent d’y inventer au quotidien une autre manière de faire école. Arthur, Dalila, Téo et leurs camarades grandissent dans ce microcosme fragile. Avec leurs camarades, ils définissent leurs propres règles de vie, bousculent parfois l’institution et se construisent petit à petit. Le temps d’une année scolaire, notre caméra se met à leur hauteur pour découvrir une autre façon d’habiter la scolarité.
Madres de los dioses

Madres de los dioses

Pablo Aguera

France, Argentine / 2015 / 87’ / Floréal films

Au fin fond de la Patagonie, quatre femmes survivent dans la plus grande précarité. Elles accouchent chez elles, élèvent seules leurs enfants, construisent elles-mêmes leurs maisons. Pour garder la foi, elles s’accrochent à leur dernier espoir : chacune invente sa propre religion. Samiha, 50 ans, survit avec ses neuf enfants dans un refuge de fortune jusqu’au jour où ils découvrent Allah. Maria, 60 ans, trompée par son mari, voit apparaître un être de lumière qui lui révèle les clés du bouddhisme. Maicono, 35 ans, mère célibataire, retrouve se origines indiennes grâce à une mystérieuse suite de rêves. Humana, 24 ans, accouche de son premier enfant dans une communauté maya complètement coupée du monde. Et toutes se retrouvent la nuit, autour du feu sacré.

Madres de los Dioses from Chacun Cherche Son Film on Vimeo.

Maman colonelle

Maman colonelle

Dieudo Hamadi

RDC, France / 2017 / 72’ / Cinédoc

La Colonelle Honorine travaille au sein de la police congolaise où elle est chargée de la protection des enfants et de la lutte contre les violences sexuelles. Alors qu’elle travaille depuis 15 ans à Bukavu, à l’est de la RDC, elle apprend qu’elle est mutée à Kisangani. Sur place elle se trouve face à de nouveaux enjeux. À travers le portrait de cette femme d’un courage et d’une ténacité hors du commun qui lutte pour que justice soit faite, le film aborde la question des violences faites aux femmes et aux enfants en RDC.

MAMAN COLONELLE - Bande annonce VF from Andanafilms on Vimeo.

Milieu

Milieu

Damien Faure

France / 2015 / 54’ / Aaa production

M. Nishida est entomologiste. Il entretient un lien fort au milieu naturel. En expédition scientifique sur l’île de Yakushima, île aux montagnes où s’accroche une brume qui semble éternelle, il est notre passeur pour découvrir les croyances spirituelles qui accompagnent la relation à la nature des habitants de l’île. Arpenteurs de ces montagnes recouvertes de forêts luxuriantes, ces derniers nous font rencontrer les divinités, esprits farceurs et paysages mouvants, avec qui ils cohabitent, en visitant un temple taoïste et son jardin zen ou un autel dans son écrin feutré de mousse en sous-bois. Dans le calme de la forêt, parmi les cèdres centenaires, c’est la pensée d’Augustin Berque, philosophe et géographe qui nous éclaire dans notre réflexion sur les liens étroits entre nature et culture, sur la relation d’une société à son environnement. Ici, le silence des hommes révèle les sons de la nature. On entend même le glissement de l’escargot ou le bruissement des antennes de fourmis avant que, peu à peu, ils envahissent l’espace sonore, alors que les vents s’intensifient à l’approche du typhon. (Madeline Robert)

Teaser MILIEU from Damien on Vimeo.

Pagani

Pagani

Elisa Flaminia Inno

Italie / 2016 / 52’ / Parallelo 41
Au pied du Vésuve, les célébrations de Notre-Dame-des-Poules restent teintées de paganisme. Tandis que Fonzino prépare un autel rituel, Biagio mène les femminielli, transgenres maîtres d’un culte dansant et chantant à la vigueur cathartique.
Pas comme des loups

Pas comme des loups

Vincent Pouplard

France / 2016 / 59’ / Les films du balibari

Roman et Sifredy sont en mouvement. Comme leur identité. Ces frères jumeaux avancent dans l’âge adulte, s’évertuant à comprendre le monde autour d’eux. Adolescents, ils ont connu séparément la captivité, la fuite et les parcours d’insertion. Ils ont connu ensemble l’insouciance, la violence, les jugements. Aujourd’hui, les galères sont persistantes, mais comme ils disent : "le meilleur reste à venir". Dans des lieux secrets, souterrains, squats, lisières de bois, sous des ciels nuageux ou des néons à faible tension, là où la clarté peine à s’imposer, ils inventent leur vie, son langage et ses codes. Sans visages floutés, le film s’attarde sur la complexité de ces figures de "délinquants" en puissance. Le documentaire délaisse la peinture d’une génération pour un portrait sensible et détaillé de ces deux frères et de leur bande d’amis en proie aux mêmes questionnements. Il crée un autre chemin pour interroger ce refus des règles. S’y découvre tout-à-coup la parole poétique, l’art de la joute d’une communauté à part. La caméra saisit les pleins mais aussi les vides : ces gestes refuges qu’ils adoptent lorsque leurs mots peinent, la cigarette, une brindille cueillie et malmenée, la pierre de feu du briquet qu’ils roulent à l’envers. Le film nous dévoile une facette rarement entrevue de cette révolte : le calme qui accompagne la tempête.

B.A - PAS COMME DES LOUPS - En salles le 12 Avril 2017 from vincent pouplard on Vimeo.

Pauline s’arrache

Pauline s’arrache

Emilie Brisavoine

France / 2015 / 88’ / Bathysphère productions

Ça commence comme un conte de fées : il y a une reine, un roi et leurs beaux enfants, Pauline, Anaïs et Guillaume. Mais c’est plus compliqué, plus punk, le roi porte des talons aiguille, la reine veut rattraper le temps perdu, leurs héritiers se rebellent. Rien ne va plus, Pauline s’arrache.

BANDE-ANNONCE Pauline s'arrache from jour2fete on Vimeo.

Payer sa vie - Marta et Karina

Marta et Karina, en discrète compagnie

Philippe Crnogorac

France / 2015 / 69’ / Iskra

Marta et Karina vendent du sexe pour s’assurer un avenir meilleur. Dans leur chambre à coucher, les hommes défilent. Une passe dure rarement plus d’un quart d’heure. L’attente du prochain client est bien plus longue. Pas de changement d’habit, un tissu rapidement tiré sur la fenêtre, un drap jeté sur le lit : les négociations et les passes sont comme une parenthèse au sein des activités quotidiennes. Le téléphone qui reçoit les appels des clients est toujours allumé, la frontière entre la vie "normale" et la prostitution est ténue, périlleuse, mais elle existe. C’est dans cet interstice, juste avant et juste après la passe, que le film s’installe. Au fil des clients, des bonnes et des mauvaises rencontres, Marta et Karina nous racontent - non sans humour ni contradictions - l’intimité de leurs choix, leur regard sur les hommes et la prostitution. Se dessinent alors des trajectoires de vie loin des stéréotypes habituels, qui interrogent notre regard sur la sexualité commerciale.

Bande annonce Marta-et-Karina from DOC(K)S 66 on Vimeo.

People Pebble

People Pebble

Jivko Darakchiev, Perrine Gamot

Royaume-Uni / 2017 / 18’ / Le Fresnoy

Promeneurs et travailleurs des terrils du Nord de la France et des falaises de craie d’Angleterre parcourent un paysage friable. Le noir et blanc en 16 mm et le travail sonore naviguent de manière ludique entre mémoire sociale, onirisme et abstraction.

People Pebble – Trailer from jivko darakchiev on Vimeo.

Poussin

Poussin

Paul Lacoste

France / 2015 / 52’ / Le-Lokal

J’ai beau aimer comme un fou mon fils de 7 ans, je l’oblige à faire du rugby. On m’a bien obligé à en faire ! À Toulouse c’est comme ça. Hector n’est pas très adroit, ni rapide, ni fort, mais comme il a très envie de contenter son papa, il est prêt à tous les sacrifices. Comme celui de se jeter dans les jambes du gros pilier d’en face qui lui fonce dessus. Alors il s’assomme à moitié, mais il se relève et me regarde pour y lire la fierté. Ce sera comique et tendre, sur le fil de la paternité et ses paradoxes, entre protéger et endurcir, transmettre et libérer. Au moins nous ne serons pas seuls. Au bord du terrain, plein de papas et d’enfants partagent nos tâtonnements. Au fil des entraînements, des matches, de voyages en bus, de la boue hivernale au rhume des foins, de la terreur de la douche collective aux chansons paillardes, le fils va sortir la tête des épaules, et le père, espérons-le, enfin comprendre et accepter son rôle.

"Poussin" de Paul Lacoste from L'oeil du voisin on Vimeo.

Quand j’avais 6 ans j’ai tué un dragon

Quand j’avais 6 ans j’ai tué un dragon

Bruno Romy

France / 2016 / 69’ / Keren productions

Mika apprend le 5 avril 2012 qu’elle est atteinte d’une leucémie. Elle a six ans. L’enfant, la maman, le papa et le médecin, nous content le long parcours vers la guérison. Un carnet de bord coloré, singulier, plein d’humour et de poésie. Un film intime et universel. Bouleversant et efficace. Grave et léger. Drôle et pas drôle.

Trailer - Quand j'avais 6 ans, j'ai tué un dragon - France Zoom from Keren Production on Vimeo.

Renée R, lettres retrouvées

Renée R, lettres retrouvées

Lisa Rebouleau

France / 2014 / 19’ / Airelles productions
Novembre 1958, une femme perdue dans une ville qu’elle ne connaît pas. Elle entame une correspondance avec ses proches sans savoir qu’elle écrit le roman de la dernière année de sa vie. Septembre 2010, dans une malle du grenier de ma maison de famille, je retrouve ses lettres, et des bobines de film qui sentent la poussière. Je la vois se battre avec courage et sombrer dans la solitude, se relever et tomber de nouveau, mourir. Renée R. devient alors un véritable personnage tragique, fantasmée par une Anna Karénine ou une Emma Bovary. Ce film raconte sa tragédie, celle d’une femme profonde et complexe, héroïne romantique qui meurt d’amour et femme moderne qui s’émancipe.
Samir dans la poussière

Samir dans la poussière

Mohamed Ouzine

France, Algérie / 2015 / 61’ / L’image d’après

Dans une région montagneuse et aride, Samir vit de la contrebande de pétrole. Il transporte la marchandise à dos de mulet de son village algérien à la frontière marocaine. Filmé par son oncle, Samir dévoile peu à peu ses aspirations, son désir d’une vie différente. La résignation l’a emporté et, un peu paradoxalement, par un lien complexe avec la région qui l’a vu grandir, il semble être prisonnier de l’horizon. Dans le portrait de Samir, se reflète en négatif celui du réalisateur Mohamed Ouzine, et son rapport également ambigu, bien qu’opposé, avec ce territoire. Lui vit en France, et revient sur cette terre pour y trouver des réponses, pour comprendre d’où il vient. À la fascination de la caméra pour les paysages répond l’incompréhension de Samir, qui n’y voit que sable et rochers. Entre les deux, se dessine, par des images impressionnistes, une ligne qui mène de l’ombre à la lumière, du trivial au sublime, et peut-être ce qui retient, malgré tout, Samir dans l’infini de ces paysages. (Mourad Moussa)

Bande-annonce "Samir dans la poussière" de Mohamed Ouzine from L'image d'après on Vimeo.

Sea is my country

Sea is my country (La mer est mon royaume)

Marc Picavez

France / 2015 / 56’ / Les films du balibari
Pendant plusieurs mois, de Libreville à Anvers, Sea is My Country explore la vie de l’équipage d’un cargo de la marine marchande, venu des quatre coins du monde, de l’Ukraine aux Philippines. Au rythme de leur quotidien et au cœur de leur promiscuité, le film est un plongeon dans la subtilité de ces êtres qui sacrifient tout pour les leurs. Il nous invite à partager leur solitude parfois rompue par quelques échanges Skype avec leurs proches, leur ennui lors des longues traversées, leur fraternité, leurs moments de doute ou d’espoir en un futur incertain, personnel et commun, à l’heure de la mondialisation totale des échanges.
The other side

The other side

Roberto Minervini

France, Italie / 2015 / 92’ / Agat films & cie

Dans un territoire invisible, aux marges de la société, à la limite entre l’illégalité et l’anarchie, vit une communauté endolorie qui fait face à une menace : celle de tomber dans l’oubli. Des vétérans désarmés, des adolescents taciturnes, des drogués qui cherchent dans l’amour une issue à leur dépendance, des anciens combattants des forces spéciales toujours en guerre avec le monde, des jeunes femmes et futures mères à la dérive, des vieux qui n’ont pas perdu leur désir de vivre… Dans cette humanité cachée, s’ouvrent les abysses de l’Amérique d’aujourd’hui.

Tisseuses de rêves

Tisseuses de rêves

Ithri Irhoudane

Maroc, France / 2015 / 52’ / Amc 2

Une poignée de femmes berbères du Moyen-Atlas marocain, tisseuses de tapis à leurs heures de nuit, s’interrogent sur leurs savoirs, leurs traditions, leurs vies et leur devenir. Elles nourrissent en elles quantité de rêves dont elles laissent parfois entrevoir les lumières. Mères, filles, grand-mères, toutes travaillent dur aux tâches domestiques comme à la fabrication de tapis traditionnels. Dans une économie autarcique, elles restent sans autonomie financière, ni reconnaissance de leur talent. Elles veulent farouchement s’arracher à leur condition et offrir étude et avenir à leurs enfants. D’Essaouira, sur la côte atlantique, leur parviennent les nouvelles de femmes, semblables à elles, qui ont créé des coopératives de production d’huile d’Argan et changé leurs vies. Taaborth et Erkia partent en exploratrices et, éblouies, rapportent à leurs sœurs les images de ce premier voyage hors de leurs montagnes et un espoir.

Bande annonce Tisseuses de rêves from AMC2 Productions on Vimeo.

Vers la tendresse

Vers la tendresse

Alice Diop

France / 2015 / 39’ / Les films du worso
Ce film est une exploration intime du territoire masculin d’une cité de banlieue. En suivant l’errance d’une bande de jeunes hommes, nous arpentons un univers où les corps féminins ne sont plus que des silhouettes fantomatiques et virtuelles. Les déambulations des personnages nous mènent à l’intérieur de lieux quotidiens (salle de sport, hall d’immeuble, parking d’un centre commercial, appartement squatté) où nous traquerons la mise en scène de leur virilité ; tandis qu’en off des récits intimes dévoilent sans fard la part insoupçonnée de leurs histoires et de leurs personnalités.
Vetal nagri

Vetal nagri

Léandra Bernard-Brunel

France / 2017 / 53’ / Anna Sanders films

En Inde, dans l’État du Gujarat, un homme sillonne les rues de Vadodara la nuit. La lecture d’un journal qu’il tend aux habitants réactive leur mémoire des djinns et des fantômes du cru.

Bande annonce VETAL NAGRI from Léandre Bernard-Brunel on Vimeo.

Visages défendus

Visages défendus

Catherine Rechard

France / 2015 / 75’ / Candela productions

Le film aborde la sortie de prison au travers du prisme de notre perception des personnes détenues. Il s’interroge avec les personnages sur les effets, au moment de reprendre place dans la société, de la représentation fantasmée qu’en donne l’institution. L’enjeu du film est de cerner son impact quand vient le moment pour les anciens prisonniers, de retrouver – ou de trouver – une place dans la société. Quelle est la part du regard de l’autre dans la dite réinsertion ? En quoi ces visages occultés seraient-ils subversifs ?

Visages défendus - bande annonce from Candela productions on Vimeo.

Volta a terra

Volta a terra

Joao Pedro Placido

France, Suisse, Portugal / 2014 / 85’

Be(l)onging raconte l’histoire d’une communauté en voie de disparition : celle de paysans qui pratiquent l’agriculture de subsistance dans un hameau montagnard du nord du Portugal, déserté du fait de l’immigration. Entre l’évocation du passé et celle de leur avenir incertain, les 49 habitants nous font traverser quatre saisons, depuis la jachère hivernale jusqu’à l’arrivée des fils prodigues au mois d’août. Manuela regrette l’ancien prêtre. L’épicier Ti Ze s’intéresse à Barack Obama. Joaquina attend le retour de sa fille installée à Francfort. Un mystérieux émissaire de Porto prospecte dans les alentours pour organiser une fête traditionnelle. Quant au jeune berger Daniel, né à Uz, il cherche femme, et Daniela ne le laisse pas indifférent.

Voyage en occident

Voyage en occident

Jill Coulon

France / 2015 / 55’ / Futurikon

Voyage en Occident est un documentaire embarqué dans un bus de touristes chinois qui visitent, pour la première fois et au pas de course, 6 pays d’Europe en 10 jours.
Jeu de miroirs et de contrastes entre deux civilisations, ce road-movie déconstruit avec humour, poésie et intelligence les stéréotypes sur la classe moyenne émergente chinoise et met à nu les images que se font les Chinois de "nous", les Européens et Occidentaux.