19e ÉDITION NOVEMBRE 2018Organisé par
Images en bibliothèques

Graine de poilu de Magali Magne
Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Guerre 14/18

À l’occasion de centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, Images en bibliothèques fait un focus sur plusieurs films disponibles facilement pour des projections.
Une douzaine de titres seront négociés ou disponibles dans les catalogues publics, parmi lesquels :

  • Là où poussent les coquelicots de Vincent Marie
  • Sillons de feu de Gérard Raynal
  • L’Héroïque cinématographe de Laurent Veray et Agnès de Sacy
  • Fusillés pour l’exemple de Patrick Cabouat
  • Graine de poilu de Magali Magne
  • Les derniers de la der des der de Jean-Marc Surcin
  • 1916 de Fabien Bedouel
  • Les Français dans la grande guerre de Cédric Condom
  • Nom de code : poilus d’Alsaka Marc Jampolsky
  • 14-18 le bruit et la fureur de Jean-François Delassus

    Plus de détails sur les films début mai. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations à moisdudoc@imagesenbibliotheques.fr
1916
1916 de Fabien Bedouel

1916

de Fabien Bedouel

2003 / France / 9’ / ENSAD
Hiver 1916, de l’arrière au front, un jour ordinaire dans la vie d’un poilu.
14-18 le bruit et la fureur
14-18 le bruit et la fureur de Jean-François Delassus

14-18 le bruit et la fureur

de Jean-François Delassus

2008 / France / 100’ / Program33, ECPAD
Ce documentaire, réalisé à partir d’images d’archives restaurées, colorisées et sonorisées, démontre que la "der des ders" a été entretenue par un consentement général. Les nations se sont jetées dans ce qu’elles pensaient être un combat de la civilisation contre la barbarie. Elles se sont ainsi engagées dans le premier massacre de masse moderne, sans avoir la moindre idée de ce qui les attendait. À travers le récit d’un soldat qui a traversé toute la guerre et qui parle aussi au nom de ses camarades, le film donne une vision neuve de ce conflit dont l’ampleur et la violence ont à la fois préfiguré et engendré les tragédies du XXe siècle.
Fusillés pour l’exemple
Fusillés pour l’exemple de Patrick Cabouat

Fusillés pour l’exemple

de Patrick Cabouat

2003/ France / 52’ / Program 33
À l’issu de la première enquête historique exhaustive menée sur la douloureuse question des fusillés de la Grande Guerre, le Général Bach, historien et ancien du SHAT, nous conduit sur les traces que laissent encore dans les mémoires ces faits dramatiques de la première guerre mondiale et pose la question de la réhabilitation de ces sacrifiés de l’Histoire.
Graine de poilu

Graine de poilu

de Magali Magne

2004 / France / 58’ / A ProPos
D’origine franco-allemande, l’artiste plasticienne Béatrice Turquand d’Auzay fait de la Grande Guerre la matière de ses œuvres. En 1916, son grand-père Wilhelm combat dans les troupes allemandes tandis qu’André, son grand-père français, meurt dans les tranchées de la Somme. Près d’un siècle plus tard, grâce à son travail et à la transmission de son art et de son histoire, l’artiste redonne corps et âme au soldat disparu et, avec lui, à cette multitude de vies prises dans les rets de la grande histoire.
L’Héroïque cinématographique

L’Héroïque cinématographique

de Laurent Veray et Agnès de Sacy

2002/ Pays-Bas, France / 48’ / Quark Productions
Entièrement réalisé à partir d’images d’archives de la première guerre mondiale, le film se présente comme le journal de guerre de deux cameramen – un Français et un Allemand – qui suivent le déroulement du conflit de part et d’autre de la ligne de front. Il retrace cette période où quelques pionniers inventent le cinéma d’actualité... et découvrent les questions qu’il pose. Ils notent ce qu’ils filment, ce qu’ils en pensent, les questions qu’ils se posent. Des questions de cinéastes dont l’écho résonne encore aujourd’hui.
Là où poussent les coquelicots
Là où poussent les coquelicots de Vincent Marie

Là où poussent les coquelicots

de Vincent Marie

2016 / France / 52’ / Kanari Films
D’où viennent les images de la Première Guerre mondiale qui hantent notre imaginaire ? Voir la Première Guerre mondiale, ne plus se contenter de la raconter, mais la montrer et l’incarner : voilà ce que propose aujourd’hui la bande dessinée. En interrogeant l’archive et l’histoire, les auteurs de bande dessinée présents dans ce film dialoguent avec la profondeur du temps. Ils ressuscitent la Première Guerre mondiale dans notre imaginaire : leurs dessins sont plus que des traits. Ces artistes majeurs ont fait de la Première Guerre mondiale le sujet principal de leur récit graphique. En leur compagnie, nous chercherons à esquisser la mémoire fragmentée d’une chronique dessinée de 14-18.
Festivals : Mention aux 20ème Rendez-vous de l’Histoire (2017) / War on Screen – Festival international de cinéma (2017) / 38ème CINEMED – Festival du cinéma méditerranéen de Montpellier (2016) / 12ème Festival Européen du Film d’Éducation d’Évreux (2016)
Sillons de feu

Sillons de feu

de Gérard Raynal

1995 / France / 56’ / Soleluna Films
[...] À partir des traces, des empreintes laissées sur les sites de la Somme et la crête du Chemin des Dames dans l’Aisne, le réalisateur révèle la parole des hommes, écrivains et poètes, qui ont connu la terrible expérience du front. Cette parole a été tue par l’histoire officielle au lendemain de la victoire. Blaise Cendrars, Henri Barbusse, Léon Werth, Appolinaire, Teilhard de Chardin [...] ont tenté par l’écrit de transcender l’horreur et l’absurdité. Les images de la Grande Guerre sont utilisées, parfois recadrées, pour mettre l’accent sur certains passages du commentaire et renforcer les témoignages, extraits de lettres, carnets de notes, poèmes ou œuvres littéraires, comme "Le Feu" de Henri Barbusse ou "La Main coupée" de Blaise Cendrars. [...] Des témoignages de contemporains (le père René Courtois évoquant Teilhard de Chardin, l’anglais Michael Caine, un cultivateur, un instituteur...) contribuent à garder vivante la mémoire de cette terrible guerre. Christine Micholet.