NOVEMBRE 2019 20 ans !Organisé par Images en bibliothèques

Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Pourquoi nous détestent-ils ? (Saison 2) - 1) Nous, les pauvres ?

Un film réalisé par Michel Pouzol

Production : Caméra subjective
France, 2017
75 minutes, VF

Député socialiste de l'Essonne de 2012 à 2017, Michel Pouzol connaît bien le sujet de la pauvreté. À 40 ans, ce fils d'ouvrier chez Michelin et petit-fils de paysan, ancien intermittent du spectacle, a vécu avec sa famille dans un cabanon, en bordure de forêt à Brétigny-sur-Orge. Il passe en revue les clichés véhiculés par certains hommes politiques, titres de presse et émissions de télévision, sur les pauvres. En gros, ceux-ci seraient des assistés qui vivent du RSA et des allocations familiales leur permettant de s'en sortir mieux que les smicards, des paresseux qui ne pensent qu'à s'adonner à la boisson.

Autour de la séance

Ce film fait partie de la collection "Pourquoi nous détestent-ils ?", série de six documentaires, en 2 saisons.
Le mode de narration mêle un récit personnel, la fiction et une enquête journalistique approfondie sur la discrimination à l’égard des plus précaires. Dans la saison 2, le thème porte sur les pauvres, les homosexuels et les femmes.

Programmation thématique : Les Visibles et les invisibles

Ce programme (documentaires, rencontres, exposition) donne de la visibilité aux «invisibles» à ceux dont on ne parle pas et/ou qui sont l’objet de préjugés, voire de rejet: - les intersexes, avec Ni d'Eve ni d'Adam de Floriane Devigne, et l’exposition Droits humains et minorités sexuelles; - les personnes en situation d'extrême précarité, à travers le volet de la série Pourquoi nous détestent-ils, nous, les pauvres ? de Michel Pouzol; - les citoyens vivant aux confins du monde, avec Norilsk, de François-Xavier Destors; - les femmes qui exercent un métier dit « masculin » en suivant des apprenties mécaniciennes, avec Ouaga Girls de Theresa Traore Dahlberg. Des regards de documentaristes pour lutter contre les préjugés.