18e ÉDITION NOVEMBRE 2017Organisé par
Images en bibliothèques

Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Miniyamba

Un film réalisé par Luc Perez

Production : 24 Images
France, 2012
14 minutes, VF

Comme des dizaines de milliers de personnes qui chaque jour dans le monde quittent leur terre natale, Abdu, un jeune malien, a décidé de gagner l’Europe. Un voyage du fleuve Niger aux barbelés de l’enclave de Ceuta, où les rêves se confrontent à la dure réalité des migrants, avec au loin les lumières de l’Occident…

Madagascar, carnet de voyage

Un film réalisé par Bastien Dubois

Production : Sacrebleu production
France, 2009
11 minutes, VF

La Famadihana, coutume malgache qui signifie retournement des morts donne lieu à d’importantes festivités, à des danses et des sacrifices de zébus, mais démontre surtout l’importance du culte des anciens dans la société malgache.
L’histoire est racontée en carnet de voyage, retraçant le parcours d’un voyageur occidental confronté à ces différentes coutumes.
Les pages du carnet se tournent, puis les dessins s’animent, nous parcourons les paysages luxuriants de Madagascar avant d’être initié à la culture malgache.

Autour de la séance

Zoé et Emilie, bibliothécaires jeunesse, animeront la réflexion et les débats autour de la projection des courts-métrages sélectionnés. Comment définir "l'Indigène" ? Qui est "l'autre" ? constitueront le fil rouge de la discussion. Les questions liées aux techniques d'animation seront également abordées, offrant ainsi l'occasion d'expérimenter l'analyse filmique !

Programmation thématique : Indigène ou être né quelque part

L’ensemble des films sélectionnés abordent le mythe de l’indigène dans son acception large, interrogeant l’enracinement, le déracinement, la rencontre, la notion d’identité, la culture de l’oralité et les effets de tribus... Ainsi, pas de risque de stigmatisation avec le "cinéma autochtone" de Swagger, les racines personnifiées par Félicie et Jules (Le cousin Jules), quand Retour à Forbach propose l’introspection du lien à une ville d’enfance, du plus intime au plus collectif, que Brothers of the night, expose la communauté face à la mondialisation et Zona Franca illustre une cruelle et lucide histoire universelle dans le jaillissement d’une mémoire des peuples du Chili.

Autres projections de ce film