19e ÉDITION NOVEMBRE 2018Organisé par
Images en bibliothèques

Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

La Mer et les jours

Un film réalisé par Raymond Vogel, Alain Kaminker

Production : Inconnu
France, 1958
22 minutes, VF

La mer et les jours est un film mythique, un astre noir du cinéma français, tourné en 1958, à l’aube de la Nouvelle vague. Quasi-inaccessible pendant des années, le voilà exposé sur Arte et éditorialisé sur KuB ! Sur l’île de Sein, Raymond Vogel, André Dumaître et Alain Kaminker peignent, dans la lumière blafarde de décembre, une icône de l’âme insulaire bretonne. Ils ont sans doute en tête les films que Jean Epstein tourna en Bretagne, de Finis Terrae (1929) au Tempestaire (1947), mais ils s’écartent de son style expressionniste pour adopter une écriture documentaire, mis en scène à la manière de Robert Flaherty, le cinéaste américain qui fonde le genre avec Nanook (1922), et notamment L’homme d’Aran (1934) qui compte bien des points communs avec La Mer et les jours. Le film de Vogel et Kaminker est sombre et dur, les hommes y sont en lutte contre des éléments, le ciel bas et la tourmente, dans la hantise de la catastrophe. Ils marchent d’un pas lent d’un pôle à l’autre de leur vie réglée : le port, les champs, l’église et son cimetière empli de marins. Joie aux trépassés ! L’équipe artistique du film réunit quelques grands noms en devenir : le montage est signé Henri Colpi (le monteur de Chaplin, Clouzot, Resnais… réalisateur de Une absence aussi longue Palme d’or 1961), la musique c’est Georges Delerue l’un des plus grand compositeurs de l’histoire du cinéma, quant au texte (crucial) du narrateur, il est écrit par le cultissime cinéaste Chris Marker