NOVEMBRE 2019 20 ans !Organisé par Images en bibliothèques

Partager Partager par email Logo Facebook Logo Twitter Logo Google+ YouTube

Arménie 1900

Un film réalisé par Jacques Kebadian

Production : CAD production
France, 1981
14 minutes, VO

Un jeune garçon rêve. Il est Arménien et ses pensées vagabondent à travers les paysages de l'Arménie turque et caucasienne. Il se cherche des parents d'adoption dans les visages qu'il croise et imagine leur histoire. Mais cette rêverie innocente et ingénue risque fort de souffrir du grand vent de l'Histoire. En effet, l'Arménie dont rêve le garçon est celle de 1915 et de grands événements se préparent...

Sans retour possible

Un film réalisé par Jacques Kebadian, Serge Avédikian

Production : Association Audiovisuelle Arménienne (AAA)
France, 1983
104 minutes, VO

"Sans retour possible" : ces 3 mots barrent les papiers d'identité des arméniens partis de Turquie après les massacres de 1915. Il était urgent de recueillir les témoignages des survivants de l'exode.
Jacques Kebadian et Serge Avédikian recueillent ici le récit précieux et désormais impossible de ces hommes et femmes qui ont réussi à échapper au destin tragique de leurs frères. Issus de la diaspora, vivant en France, ils racontent leur histoire avec une émotion intacte, une précision troublante.

Autour de la séance

20h00-22h00 : L'Arménie, avant et après le génocide - Conférence débat avec Jacques Kébadian, réalisateur et Michel Marian, philosophe, maître de conférences à l’IEP Paris, membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Discussion animée par Ariane Bonzon, journaliste, essayiste, spécialiste de la Turquie et de l’Arménie.

En 2019, la France a instauré le 24 avril comme journée nationale de commémoration du génocide arménien. Cet acte institutionnel fort apporte une consolation aux Arméniens de France. Dans le monde, aux États-Unis et surtout en Turquie, la bataille, pour la reconnaissance d’un crime de masse perpétré il y a plus d’un siècle, continue. Elle s’est cristallisée autour d’un mot, « génocide », et de la nécessité ou de l’impossibilité de l’appliquer pour caractériser ce qui est arrivé aux Arméniens de l’Empire ottoman. Qu'en-est-il de cet enjeu symbolique après le tribunal de Nuremberg et de la différenciation. Cette impasse pèse aujourd’hui sur les sociétés turques et arméniennes (d’Arménie et de la diaspora).